Guide des achats professionnels responsables

Dimensions et outils à considérer

Écobilans et énergie grise

ÉNERGIE GRISE: L’ÉNERGIE «CACHÉE» DANS LES PRODUITS ET PRESTATIONS

La notion d’énergie grise peut être définie comme la somme de toutes les énergies consommées tout au long de la durée de vie d’un produit ou d’un service, en excluant généralement la phase d’utilisation. Ce concept inclut donc l’énergie liée aux phases d’extraction des matières premières, de fabrication, de transformation, de transport et de recyclage ou d’élimination en tant que déchet.

Pour connaître la valeur de l’énergie grise liée à un produit, on additionne l’énergie nécessaire à chacune de ces étapes. L’analyse du cycle de vie permet de déterminer la totalité de ces énergies cachées.

Pour choisir entre différents produits destinés à la même utilisation, il est intéressant d’estimer l’importance de l’énergie grise par rapport à l’énergie de consommation. Ainsi, un ordinateur familial consommera cinq fois plus d’énergie grise pour sa fabrication que l’énergie nécessaire pendant toute son utilisation (à raison de 13h/semaine pendant 5 ans)4. Par contre, pour une ampoule, on retiendra plutôt comme indicateur l’énergie liée à son utilisation, puisque l’énergie consommée dans les autres phases est bien moindre que l’électricité consommée pour garder l’ampoule allumée.

Malgré sa pertinence, l’énergie grise reste malheureusement une donnée difficile à obtenir, notamment en raison de la complexité de son calcul.

Quelques exemples d’énergie grise:
  • pour produire une pile alcaline, il faut 50 fois plus d’énergie que ce qu’elle fournira pendant toute sa durée de vie
  • la fabrication d’un lave-vaisselle pesant 43,5 kg «coûte» environ 1000 kWh en énergie, soit autant que 770 cycles de lavage
  • pour produire 100 g de pâte dentifrice, il faut autant d’énergie que pour faire tourner un ordinateur pendant 4 heures.

Source: Guide PME et Développement durable, Canton de Genève

Les métaux sont généralement très gourmands en énergie grise et les matières synthétiques davantage que les matières naturelles.

Le tableau ci-dessous classe divers matériaux de construction du moins gourmand au plus gourmand en énergie grise non renouvelable (en mégajoules (MJ) par kg)

Énergie grise de différents matériaux de construction

Recommandation KBOB – eco-bau – IPB 2009/1: Données des écobilans dans la construction