Guide des achats professionnels responsables

Produits et prestations

Matériel électrique et électronique

PROBLÉMATIQUE

Le marché des appareils électroniques est souvent très complexe et fortement mondialisé. C’est par exemple le cas des ordinateurs. Les pièces proviennent du monde entier, principalement de Chine (l’un des premiers fabricants au monde), et elles sont assemblées dans des usines situées dans plusieurs pays. L’un des leaders mondiaux du secteur informatique ne possède ainsi, à ce jour, quasiment plus aucun site de production, mais il travaille avec plus de 7000 fournisseurs2.

Au-delà des impacts environnementaux liés au mode de production et aux nombreux transports entre divers sites de fabrication, l’une des problématiques majeures de ces réseaux reste les conditions de travail indécentes dans les ateliers de production, d’assemblage et de démantèlement.

Dans les ateliers situés hors de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), les travailleurs sont souvent mal payés et privés de liberté syndicale; ils doivent fréquemment accumuler les heures supplémentaires et s’exposer à des substances toxiques sans protection individuelle. Dans certaines usines d’assemblage situées en Europe, le travailleur doit être flexible pour répondre aux variations des volumes de commandes (de 1000 à 1200 ordinateurs par jour)3.

Ces problématiques environnementales et sociales sont aggravées par le fait que les appareils ont souvent une durée de vie limitée, et ce pour trois raisons principales:

Il faut souligner que le matériel électronique présente un taux élevé de défauts. En 2008, selon le rapport de l’Inspection générale des installations à courant fort (ESTI) sur la surveillance du marché, environ 9% du matériel à basse tension contrôlé présentait des défauts (preuves incomplètes sur la sécurité ou la compatibilité électromagnétique, défauts techniques de sécurité)4.

PRODUCTION: CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE ET COMPOSANTS

Les appareils électriques et électroniques ont un impact sur l’environnement pendant toute leur durée de vie. Cela commence lors de la production et du traitement des matières premières. Dans de nombreux cas, seul 2% du matériel utilisé lors de la production se retrouve dans le produit fini, les 98% restants constituant des déchets. Au cours de la production, une unité centrale associée à un écran de 17 pouces (ordinateur pesant 24 kg) consomme 1,8 tonne de matériaux (240 kilos d’énergie fossile, 22 kilos de produits chimiques et 1500 litres d’eau). Par comparaison, la production d’une voiture ou d’un réfrigérateur ne nécessite qu’une à deux fois leur poids en ressources naturelles5.

Consommation d’énergie

La phase de production des appareils électriques et électroniques requiert un apport d’énergie plus ou moins important par rapport à la phase d’utilisation. Dans le cas de l'électroménager, la consommation d'énergie grise (définie ici comme l'énergie exigée par la production, l'emballage, le stockage et le transport) est très élevée par rapport à la consommation d'énergie pendant la phase d'utilisation. Pour savoir s'il est plus judicieux d'un point de vue environnemental de remplacer ou de réparer un appareil défectueux, SuisseEnergie a publié un guide intitulé "Faut-il réparer ou remplacer les appareils électriques défectueux? Une aide à la décision" (www.suisseenergie.ch). Ce document prend en compte l'énergie grise mise en oeuvre ainsi que la consommation d'électricité durant la phase d'utilisation d'un ancien appareil (en fonction de son âge) et d'un modèle récent moins gourmand en énergie.

Composants

Les appareils électriques et électroniques contiennent une multitude de composants et matériaux. Les émissions dangereuses émises lors de la production de certaines pièces sont très nocives pour les travailleurs et l’environnement. Voici quelques-unes des substances utilisées dans la fabrication d’ordinateurs7:

UTILISATION: PRINCIPAUX IMPACTS

Consommation énergétique

Pendant la phase d’utilisation, la consommation d’énergie constitue de loin l’impact environnemental le plus important. Cette consommation peut s’accroître si le calibrage est inadapté à l’usage de l’appareil, si le mode stand-by n’est pas arrêté ou si l’appareil contient des fonctions inutiles pour l’utilisateur. On se rappellera également que les transformateurs consomment une certaine quantité d’énergie dès lors qu’ils sont branchés, même s’ils ne sont pas en train de recharger des appareils.

Il est possible de réduire la consommation énergétique grâce à l’achat d’appareils moins énergivores, mais aussi en adaptant les modes de branchements électriques (débranchement total, multiprise avec interrupteur, etc.). Un appareil connecté au réseau, ou équipé d’un transformateur ne consommant pas d’énergie lorsque l’appareil est éteint (déclenchement complet du transformateur rétrocommandé), s’avère nettement plus intéressant qu’un appareil à piles. Pour les appareils fonctionnant uniquement avec des piles, on préférera les piles rechargeables aux piles jetables.

Il règne souvent une grande confusion dans les appellations des divers états d’activité des appareils8. Les deux tableaux ci-dessous présentent ces modes ainsi que leurs définitions selon les labels.

Label écologique de l'Union Européenne (écolabel) et Energy Star V2.0
En anglais En français Définition
Active state Actif L’appareil est branché et effectue une tâche (impression, scan, etc.).
Ready state Prêt L’appareil est branché. Il n’effectue aucune tâche, mais il peut réagir en cas de stimulus (envoi d’une impression, pression sur un bouton, etc.) et n’est pas encore passé en mode de consommation  réduite.
Sleep mode Veille L’appareil est branché. Il s’est mis dans ce mode automatiquement après un certain laps de temps ou à la demande de l’utilisateur. Toutes les fonctions peuvent être activées, mais le retour à l’état « prêt » peut exiger un certain délai. L’appareil est connecté au réseau et revient au mode actif en cas de signal.

Off mode
(Auto-off)
(Manual Off)

Arrêt

L’appareil est branché, mais à l’arrêt suite :

  • à un arrêt automatique (déclenchement  d’une minuterie dans l’appareil, etc.)
  • un arrêt manuel (interrupteur mis manuellement  sur « off »)
Standby Attente Mode de consommation minimum du produit. Ce mode est atteint dans la plupart des cas en mode «arrêt», mais selon les modèles, il peut déjà être atteint en mode « prêt » ou « veille ».

Le label Der Blaue Engel calcule de manière très précise la consommation d'énergie et propose des modes intermédiaires, notamment pour les appareils multifonctions (Der Blaue Engel RAL UZ 171, juillet 2012)

En anglais En français Définition
Print mode Mode Impression L’appareil imprime des documents. Le « print mode » est l’un des modes inclus dans le mode «actif». Pas d’équivalence avec écolabel et Energy Star.
Idle mode Mode inactif Correspond aux divers modes se mettant en place dès la fin de l’impression jusqu’à la mise en mode « arrêt ».
Electric power saving mode Mode d’économie d’énergie Certains appareils peuvent avoir plusieurs modes d’économie d’énergie s’enclenchant progressivement  après l’impression.  Pas d’équivalence avec écolabel et Energy Star.


Exemple des machines à café

Les machines à café sont des appareils dont la consommation énergétique peut varier fortement selon le modèle. Le tableau ci-dessous présente leur consommation avec du café en portions et du café en grains moulu directement dans la machine.

Dès qu’une machine est allumée, elle soutire environ 1000W pendant quelque 30 secondes pour chauffer l’eau à 90° C puis un voyant indique en général qu’elle est prête. Dès qu’un café a été tiré, l’eau est chauffée pour les prochains cafés (à nouveau 1000W quelques secondes). Pour maintenir l’eau à 90 °C, le corps de chauffe est constamment activé, ce qui représente en moyenne entre 25 et 30W. Certaines machines sont équipées d’un mode leur permettant de se mettre en veille. L’énergie consommée retombe ainsi entre 1 et 4W selon les modèles. Enfin, il existe quelques modèles qui passent en mode «éteint» lorsque la machine n’est pas utilisée après un certain temps.

Source: > www.energie-environnement.ch 10

Si l’on considère les impacts globaux, on privilégiera les machines utilisant du café en grains, dotées d’une minuterie interne et d’une puissance la plus faible possible (notamment en raison des déchets générés par les machines à café en portions). Bien que ces machines soient plus chères à l’achat, leur surcoût est rapidement amorti par les économies sur le prix d’achat du café en grains, largement moins cher que le café en portions. Une portion de café contient en effet environ 6 à 8 grammes de café et son prix à l’unité varie entre 30 et 47 centimes, ce qui équivaut à un prix de 45 à 80 francs suisses le kilo, contre 8 à 20 francs le kilo pour le café en grains (prix grand public).

Radiations

Les appareils électriques et électroniques émettent des rayonnements non ionisants. L’énergie émise est en principe insuffisante pour altérer directement les cellules du corps. Sa totale innocuité reste néanmoins sujette à controverse. Les sites de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) et de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP)11 présentent de manière claire les éventuels effets sur la santé induits par les ondes de certains appareils, ainsi que les mesures permettant d’atténuer ces risques.

ÉLIMINATION

Les appareils électriques et électroniques contiennent une multitude de composants et matériaux. Cette diversité rend le traitement des déchets et leur recyclage extrêmement difficiles. En Suisse, l’élimination est réglée par l’Ordonnance sur la restitution, la reprise et l’élimination des appareils électriques et électroniques (OREA). Aucun appareil ou composant électrique ou électronique ne doit finir sa vie dans une usine d’incinération. Ces équipements doivent être remis aux fournisseurs, qui sont tenus d’accepter gratuitement tout appareil de même type, quelle que soit sa marque. Ce mécanisme se base sur la taxe anticipée de recyclage (TAR), intégrée dans le prix d’achat des articles concernés, et qui permet de couvrir les frais de collecte et d’élimination des appareils.

Les déchets électriques et électroniques sont repris en Suisse par la SWICO ou le SENS12 – les deux organismes officiels auxquels sont affiliés les fournisseurs –, qui se chargent de les amener dans les centres de tri appropriés. L’adhésion à la SWICO ou au SENS ainsi que le fait de percevoir la taxe devraient constituer des garanties quant à une élimination conforme des déchets.

Le recyclage des appareils électriques et électroniques s’avère souvent problématique dans les pays ne disposant pas de filière appropriée. Ceci est particulièrement vrai pour la Chine, où sont envoyés chaque année environ 70% des 40 millions de tonnes de déchets électroniques du monde. Les circuits officiels de traitement des déchets électroniques y sont très peu utilisés, car non rentables. Il existe en effet des récupérateurs ambulants rachetant les vieux appareils aux particuliers et aux entreprises, afin de les envoyer vers des banlieues «spécialisées » dans le démontage et le tri manuel des déchets. La plupart des familles vivant dans ces zones travaillent dans ce recyclage et subissent les conséquences d’un traitement des déchets inapproprié (émissions de substances nocives pour l’être humain et l’environnement)13.