Guide des achats professionnels responsables

Produits et prestations

Produits de nettoyage

PROBLÉMATIQUE

L’évolution du marché des produits de nettoyage grand public obéit aux tendances suivantes:

La demande en produits de nettoyage écologiques est notamment influencée par la législation environnementale relative aux produits chimiques, de plus en plus contraignante (voir la page Substances chimiques). Le marché s’adapte peu à peu à cet environnement légal. Il offre aujourd’hui toute une gamme de produits labellisés répondant à des critères concernant la protection de l’environnement et la santé de l’utilisateur. Les exigences des labels portent principalement sur le taux de biodégradabilité du produit et sur la composition des adjuvants (exemple: réduction voire exclusion des parfums). Rappelons que les parfums n’augmentent pas l’efficacité du produit de nettoyage et qu’ils peuvent même être problématiques. C’est pourquoi les exigences de la CIEM les limitent (voir tableau 4).

Les produits d’entretien écologiques peuvent parfois être plus chers à l’achat. Toutefois, le prix d’achat du produit ne représente que 5 à 10% des frais d’entretien, la majeure partie des coûts étant liée aux charges salariales2.

COMPOSITION DES PRODUITS DE NETTOYAGE ET IMPACTS SUR L’ENVIRONNEMENT

Les produits d’entretien contiennent presque toujours des agents de surface (tensioactifs) qui «absorbent» ou solubilisent les salissures, auxquels sont associés différents agents chimiques selon la fonction du produit:

Les impacts environnementaux liés à la production se situent notamment au stade de la transformation des matières premières (émissions polluantes et consommation énergétique). Ils sont plus ou moins importants selon la nature des ingrédients (ressource renouvelable ou non), la quantité et la qualité des déchets d’emballages, etc. Il est particulièrement important de tenir compte d’éventuels impacts sur la santé ou l’environnement provoqués par une substance entrant dans la composition d’un produit. Ainsi, c’est après avoir constaté les effets nocifs des phosphates sur les milieux aquatiques qu’on a interdit leur présence dans les lessives (voir partie Élimination).

MANIPULATION DES PRODUITS DE NETTOYAGE ET MESURES DE PRÉCAUTION

La manipulation des produits de nettoyage peut entraîner certaines nuisances pour la santé de l’utilisateur. Une exposition chronique peut induire à long terme des sensibilisations, tandis qu’à court terme, certaines personnes développent des pathologies passagères: irritations cutanées, oculaires ou des voies respiratoires, brûlures ou allergies. On relèvera à ce sujet qu’un produit d’entretien à faible impact environnemental n’est pas toujours sans danger pour l’utilisateur. Exemple: la farine de bois, qui peut remplacer certains abrasifs synthétiques dans la composition de détergents destinés à enlever des salissures tenaces, est connue pour son effet irritant4.

Les dangers potentiels pour l’utilisateur doivent obligatoirement être mentionnés sur l’étiquette du produit, sous la forme de pictogrammes et de phrases de risques et de sécurité (phrases R et S – voir la page Substances chimiques). Lorsqu’un produit présente des pictogrammes de dangers, le fournisseur a l’obligation de remettre la fiche de données de sécurité (FDS) à ses clients, dans le cas d’un usage professionnel. Cette fiche indique la composition détaillée du produit ainsi que ses dangers et présente les précautions d’utilisation et les premiers secours à apporter en cas d’accidents. Elle doit être validée par l’Organe de réception des notifications des produits chimiques de l’OFSP. Elle peut donc être réclamée par l’acheteur pour connaître les dangers que présente le produit.

On notera par ailleurs que le système suisse se met progressivement en phase avec le Système Général Harmonisé (SGH). On se reportera donc à la page Substances chimiques pour les informations concernant le cadre légal.

Il est également possible de réduire les impacts sur l’environnement et la santé en utilisant les produits de manière adéquate. On retiendra à ce sujet les recommandations suivantes, directement liées à l’achat:

Les recommandations relatives aux techniques d’entretien, au stockage des produits et aux prestations de nettoyage se trouvent dans la page Gestion technique et entretien des bâtiments.

ÉLIMINATION

C’est au stade de l’élimination que les impacts environnementaux des produits d’entretien sont les plus importants. Il faut distinguer à ce propos l’élimination des eaux usées contenant les produits dilués après utilisation et l’élimination des restes de produits (fonds de bidons). On se reportera aux directives du fabricant en ce domaine. Rappelons que la législation suisse interdit d’éliminer les déchets liquides avec les eaux à évacuer (OEaux art. 10) ou de rejeter des produits chimiques à l’extérieur, afin d’éviter des infiltrations d’eaux polluées dans les sols (OEaux art. 8).

Les produits de nettoyage ont des impacts directs sur les écosystèmes et indirects sur la santé humaine. Ces effets sont plus ou moins marqués selon le taux de biodégradabilité, la persistance ainsi que l’écotoxicité des substances chimiques contenues dans les produits.

La présence de phosphates dans l’environnement, par exemple, s’avère problématique pour les organismes aquatiques. Même s’ils sont interdits dans les lessives en Suisse (ORRChim, annexe 2.1), ils peuvent être présents dans certains produits de nettoyage comme ceux destinés aux lave-vaisselle5. Lors du traitement des eaux, les phosphates ne sont pas totalement éliminés et peuvent donc se répandre sur de longues distances dans les eaux de surface. L’augmentation des concentrations en phosphates engendre alors une croissance excessive des organismes «engraissés» par cette substance, comme les algues et les lentilles d’eau (petites plantes flottant à la surface dans les mares et les étangs). Ces plantes deviennent envahissantes, absorbent une grande quantité d’oxygène (phénomène d’eutrophisation) et empêchent la lumière de pénétrer dans l’eau, perturbant ainsi la vie des autres organismes aquatiques6.

On veillera donc à choisir des produits particulièrement biodégradables. Les fournisseurs peuvent tester la biodégradabilité de leurs produits à l’aide de différentes méthodes. Les tests de l’OCDE (302B, 301B, 301F, etc.) sont souvent utilisés. La législation suisse interdit la mise sur le marché de produits de nettoyage avec taux de biodégradabilité inférieur à 60%, 70% ou 80% selon le type d’agents de surface.7