Guide des achats professionnels responsables

Produits et prestations

Nuitées hôtelières et hébergement collectif

PROBLÉMATIQUE

L’exploitation des établissements d’hébergement engendre des impacts environnementaux (consommation d’énergie et d’eau, production de déchets) et sociaux (gestion du personnel, notamment du personnel saisonnier). Le développement de ces établissements peut également entraîner des impacts négatifs pour l’environnement humain et naturel: utilisation non rationnelle du territoire (mitage), nuisances sonores et olfactives (cuisines), décalage avec la culture locale, etc.

L’objectif est donc de sélectionner les établissements en fonction de leur politique sociale et environnementale – en plus des critères habituels tels que la situation, la classe, le prix, etc.

FONCTIONNEMENT DES INFRASTRUCTURES HÔTELIÈRES

Consommation d’énergie

La consommation énergétique peut varier fortement d’un établissement à l’autre, selon le type d’installations techniques et leur gestion. La classe de l’hôtel joue également un rôle important.
Malgré le manque d’informations et d’indicateurs en ce domaine, le site Internet > www.hotelpower.ch permet d’évaluer approximativement la performance énergétique d’un établissement d’après un ratio basé sur le chiffre d’affaires. Les calculs prennent en compte des facteurs de corrections liés notamment à l’état du bâtiment (neuf, ancien, rénové) et à sa situation géographique (altitude). L’acheteur peut donc proposer aux établissements hôteliers l’évaluation par ce site afin qu’ils lui communiquent les résultats liés à leur performance énergétique1.

Exemple de répartition de la consommation énergétique
pour un établissement hôtelier 4 étoiles: Hôtel avec centre de wellness, situé en Suisse
 

Répartition de la consommation énergétique

Source: 1to1 energy2

Quelques exemples de mesures d’économie d’énergie
Consommation d’eau

Réduire la consommation d’eau dans les établissements d’hébergement permet de diminuer les impacts sur l’environnement (production d’eau potable, énergie pour l’eau chaude sanitaire, traitement des eaux usées) et de réaliser des économies financières (voir la page Gestion technique et entretien des bâtiments). La consommation d’eau devient problématique lorsqu’elle dépasse significativement la consommation moyenne enregistrée par jour et par personne dans la région où se situe l’établissement.

La consommation d’eau d’un établissement hôtelier varie selon ses infrastructures (centre de bien-être, piscine, jardin d’ornement, etc.) et la gestion technique (entre 140 et 600 litres par nuitée). À titre de comparaison, on estime que la consommation des ménages en Suisse représente 162 litres par personne et par jour4.

La notion de besoin permettra de choisir un établissement en fonction des prestations véritablement nécessaires. On évitera dans la mesure du possible les établissements consommant plus de 200 litres d’eau par nuitée, pour privilégier ceux dont la consommation s’approche de 140 litres par nuitée5.

Répartition moyenne des consommations d’eau d’un hôtel trois étoiles – France
(en pourcentage des consommations totales)

Répartition moyenne des consommations d’eau d’un hôtel trois étoiles – France

Source: Les gestes pour économiser l’eau, François Tourisme, 2007

Les chambres sont les postes les plus importants en termes de consommation d’eau (37% de la consommation totale). Des installations comme les réducteurs de débit d’eau pour les douches et lavabos ou les WC avec système de chasse d’eau à deux volumes permettent d’économiser l’eau, sans diminuer le confort de la clientèle. Le changement du linge à la demande permet également de réduire les consommations d’eau de la buanderie (poste lui aussi important pour la consommation d’eau et d’énergie).

Aspects sociaux

L’hôtellerie et la restauration font partie des secteurs accueillant de nombreux travailleurs saisonniers. Les charges salariales pour l’hôtellerie représentent une part importante dans les frais de fonctionnement, ce qui peut pousser les gérants à économiser sur ces postes. Les conséquences pour le personnel peuvent être les suivantes:

De plus, les employés saisonniers doivent faire face à une certaine précarité du logement, étant donné les prix élevés de l’immobilier dans la plupart des stations touristiques. Ils logent parfois dans des espaces restreints, au sein même des établissements hôteliers, dans des campings ou dans des hébergements collectifs à proximité ou non de leur lieu de travail6.

L’adhésion d’un établissement à une convention collective dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration est un indicateur de sa prise en compte des aspects sociaux. L’important travail qui a abouti à la signature de la Convention collective nationale de travail pour les hôtels, restaurants et cafés laisse présager une amélioration notable des conditions de travail dans ces professions7.

ÉLIMINATION DES DÉCHETS GÉNÉRÉS PAR LES INFRASTRUCTURES HÔTELIÈRES

Dans les établissements hôteliers, le volume de déchets peut varier de 0,2 à 12 kilos par client et par jour8. La mise à disposition de produits de douche en flacons et autres accessoires d’hygiène (brosses à dents jetables, crèmes pour le corps, bonnets de douche, cirage en portions, etc.), les mini-bars dans les chambres et les emballages individuels dans les salles de restaurant (beurre, confiture, etc.) sont des sources importantes de déchets, qui ne sont presque jamais recyclables.

Réduire le nombre d’échantillons distribués et choisir des contenants rechargeables permet de diminuer le volume des déchets d’emballage. La mise à disposition de matériel de tri à l’attention du personnel et des clients favorise le recyclage des déchets suivants:

Voir aussi la page Restauration pour les déchets de cuisine pouvant être triés.