Guide des achats professionnels responsables

Produits et prestations

Aménagement et entretien des espaces verts

Critères d'achat approfondis

Cette rubrique détaille les critères à examiner pour la sélection d’un fournisseur et d’un produit. On peut également se référer aux pages Outils.

On trouvera d’abord ci-dessous quelques principes généraux, accompagnés de conditions destinées à s’assurer qu’ils sont bien appliqués. Les recommandations suivant ce tableau donnent des exemples plus concrets pour la mise en œuvre des principes énoncés.

Principes Conditions
  • Privilégier les aménagements proches de l’équilibre naturel (voir la colonne «Fonction environnementale» dans le tableau «Type d’aménagement selon la fonction recherchée »)
  • Privilégier  le  choix  d’espèces  locales  (voir  les tableaux  des  espèces  recommandées  dans Problématique)
  • Sensibiliser le public aux raisons du choix des espèces et de l’aménagement. Le but est de f aire comprendre que ces espaces ne sont pas mal entretenus, mais qu’ils favorisent la biodiversité, tout en apportant une valeur esthétique et récréative
  • Si l’on choisit des espèces exotiques (néophytes) dans une optique didactique, s’assurer qu’elles ne sont pas problématiques (toxiques, envahissantes)
  • Planter ces espèces uniquement dans des milieux confinés (parcs et jardins entretenus) et s’assurer que l’entretien prévient toute dissémination au-delà de la zone prévue (limiter le nombre, arracher les jeunes pousses formées par les graines de la plante, éviter les espèces dont les graines sont transportées par le vent, les oiseaux ou les insectes, etc.)

RECOMMANDATIONS CONCERNANT L'AMENAGEMENT DES ESPACES VERTS ET LE CHOIX DES ESPECES

GÉNÉRALITÉS

Préférer autant que possible les espèces végétales locales, quel que soit le type d’aménagement. Si le contexte le permet, inclure également des espèces indigènes rares

  • Étiquette Charte des Jardins
  • ProSpecieRara
Exclure toute plante envahissante (néophyte envahissante ou plante problématique)

Exclure les plantes toxiques dans les jardins et les parcs de jeux

  • Liste des « Plantes toxiques sauvages ou de jardin » de Tox Info Suisse
Exiger du paysagiste qu’il prenne en compte les corridors écologiques locaux et régionaux dans l’aménagement des surfaces vertes. Inscrire l’exigence de maintenir cette démarche dans le cahier des charges du prestataire s’occupant de l’entretien

Préférer les espaces verts proches de l’état naturel lors de l’aménagement des sites d’habitation et sites d’activités commerciales et industrielles

  • Certification Nature & Économie

GAZON, PRAIRIES, PLATES-BANDES

 

Préférer les zones de prairies maigres avec plantes indigènes
Préférer la prairie maigre et la prairie de fauche à la pelouse d’ornement lorsque cela est possible

Préférer l’ensemencement des prairies fleuries avec la méthode dite « herbe à semences » afin de sauvegarder des associations prairiales régionales, exemptes de dangers de pollution génétique

Pour orner les plates-bandes, préférer les plantes frugales (résistant à des conditions difficiles comme la chaleur ou la sécheresse), rustiques (résistant au gel) et vivaces (perdant leurs tiges et leurs feuilles en hiver, mais repoussant au printemps suivant)

Pour les espaces verts sur toiture, préférer les pratiques menant à un écobilan positif listées par l’Association suisse des spécialistes du verdissement des toitures

  • Certification de l’Association Suisse des spécialistes du verdissement des toitures

Éviter les souffleurs à feuilles, qui entraînent des émissions de polluants atmosphériques et des émissions sonores importantes, et laisser se décomposer les feuilles là où cela ne présente pas de danger

HAIES, ARBUSTES, PLANTES ORNEMENTALES ET FLEURS

Exiger du paysagiste qu’il sélectionne exclusivement des espèces locales

  • Étiquette Charte des Jardins
Préférer les haies «défensives» en épineux (prunellier/prunus spinosa, églantier/rosa canina, etc.) aux grillages ou barbelés pour délimiter les espaces privés, mais éviter le buisson ardent (pyracantha coccinea)
Éviter les mini haies d’ornement dans les parcs publics
Préférer les haies à baies, en s’assurant qu’elles ne sont pas toxiques pour les animaux. Certaines espèces dont les baies sont toxiques pour l’homme (troène chèvrefeuille, fusain, etc.) devraient être évitées à proximité des lieux fréquentés par les enfants. Elles conservent toutefois une valeur écologique ailleurs

Préférer les plantes cultivées dans des conditions respectueuses de l’environnement (utilisation minimale de produits phytosanitaires, d’engrais, d’eau et d’énergie)

  • MPS-A
  • Fair Flower Fair Plant

Préférer les plantes produites dans des conditions de travail assurant la protection des employés (droit à un salaire minimum, lieu de travail hygiénique et sûr, etc.)

  • Fair Flower Fair Plant

SOUS-BOIS

Préférer les sous-bois à l’état naturel (présence de buissons, feuilles mortes laissées au sol) dans les grands parcs, avec des cheminements pour limiter le piétinement des autres espaces

Préférer les zones de sous-bois avec structures d’habitats (tas de branchages, de feuilles, de pierres)

RECOMMANDATIONS CONCERNANT LES PRESTATIONS D’ENTRETIEN DES ESPACES VERTS

PELOUSES, PRAIRIES (en cas de gestion différenciée)

Exiger du prestataire qu’il fauche la prairie au maximum deux fois par an
Exiger que les prairies soient fauchées et non tondues afin de permettre la régénération des fleurs
Exiger que l’entretien de la prairie maigre soit constitué d’une fauche annuelle à la hauteur de 8 à 12 cm, entre le 15 juillet et le 15 octobre, en changeant la date de fauche chaque année

Exiger que l’entretien de la prairie de fauche soit constitué de deux fauches annuelles à la hauteur de 8 à 12 cm, la 1re  entre le 15 juin et le 15 juillet, la 2e entre le 15 août et le 15 septembre, en changeant les dates de fauche chaque année

Exiger que la végétation coupée lors du fauchage soit laissée sur le sol le temps de sécher (environ 4 jours), afin de laisser les graines se déposer. Le produit de fauche sera ensuite évacué
Exiger que les feuilles mortes ne soient enlevées qu’en cas de nécessité

DÉSHERBAGE ET TRAITEMENT DES PLANTES

Préférer la lutte biologique (introduction d’espèces prédatrices des espèces à problème) afin d’arrêter d’utiliser des pesticides et herbicides dans les endroits où leur emploi est autorisé (il est interdit d’utiliser des herbicides sur tous les revêtements en dur (parkings, surfaces pavées, revêtements en dur notamment, voir la rubrique Respect  de la législation)

Sinon, exiger que les produits phytosanitaires utilisés soient respectueux de l’environnement

  • Label Das Österreichische  Umweltzeichen

Préférer l’utilisation d’amendements pour sols limitant les risques de contamination par des métaux lourds

  • Label de l’Union européenne amendements  pour sols
  • Respect de la « Directive suisse 2010 de la branche sur la qualité du compost et du digestat »

Préférer, si nécessaire, les méthodes mécaniques (binette, sarcloir, herse à adventices) ou thermiques (brûleur à gaz, appareil à infrarouge) pour le désherbage du gravier

Préférer, si nécessaire, les méthodes mécaniques (vibroculteur) pour le désherbage des sols non stabilisés

Préférer, si nécessaire, les méthodes mécaniques (brosse métallique à mauvaises herbes) ou thermiques (appareil à infrarouge ou à vapeur) pour le désherbage des dallages et du pavage

Préférer, si nécessaire, les méthodes manuelles pour le désherbage des chemins et des places
Préférer, si nécessaire, les méthodes mécaniques (nettoyage à haute pression, brosse métallique à mauvaises herbes) pour le désherbage de l’asphalte

ARROSAGE

Préférer l’utilisation de systèmes de récupération des eaux de pluie
Préférer les arrosages au goutte-à-goutte, avec un programmateur détectant le taux d’humidité
Exiger que les systèmes d’arrosage automatique soient équipés d’une sonde d’humidité
Préférer les espèces peu gourmandes en eau
Éviter les arrosages pendant la période chaude de la journée

MACHINES D’ENTRETIEN

Préférer, quand c’est possible, les engins d’entretien électriques
Sinon, exiger l’utilisation d’essence alkylée au lieu d’essence ordinaire
Préférer, dans la mesure du possible, les engins avec un moteur quatre temps catalysés plutôt que deux temps
Préférer les machines équipées d’un filtre à particules

Exiger que le seuil d’émission sonore des machines d’entretien à moteur à essence (aspiro-souffleur, tondeuse à gazon) ne dépasse pas 90 dB(A)

Exiger que les huiles lubrifiantes pour les machines (à l’exception des lubrifiants pour moteurs quatre temps) aient une teneur en carbone dérivé de matières premières renouvelables (dérivés d’huiles végétales ou de graisses animales) de ≥ 50% (m/m) pour les huiles hydrauliques, ≥ 45% (m/m) pour les graisses, 70% (m/m) pour les huiles pour tronçonneuses et autres lubrifiants d’appoint et ≥ 50% (m/m) pour les huiles pour moteurs deux temps

DÉCHETS VERTS DE JARDIN

Exclure l’incinération des déchets verts à l’air libre, qui est une source de pollution pour l’air et les sols et entraîne des risques pour la santé (les feux de déchets verts sont interdits dans le canton de Genève)

Préférer le compostage pour valoriser les déchets végétaux

RESPECT DE LA LEGISLATION

Le fournisseur doit pouvoir garantir des articles conformes à la législation suisse, ce qui inclut notamment les critères ci-dessous. Ces critères peuvent être intégrés pour rappel dans la demande d’offres.

HAIES ET ARBUSTES

Exiger du paysagiste qu’il maintienne une bordure-tampon de 3 mètres le long des haies et des bosquets, et qu’il n’applique de produits phytosanitaires ni dans les haies ni sur cette bande. Dans le cas de plantes posant problème (plantes envahissantes, etc.), il est cependant possible d’effectuer un traitement plante par plante dans ces espaces

Exclure l’épandage d’engrais dans les haies et bosquets ainsi que sur la bande de 3 m de large le long de ceux-ci (ORRChim, annexes 2.5 et 2.6)

DÉSHERBAGE ET TRAITEMENT DES PLANTES

Exclure l’utilisation de produits phytosanitaires dans les forêts et sur une bande de 3 m de large le long de la zone boisée, dans les roselières et les marais, dans les eaux superficielles et leurs abords, dans les haies et les bosquets (et sur une bande de 3 m de large le long de ceux-ci) ; sur les toits et les terrasses ; sur les emplacements servant à l’entreposage ; sur les routes, les chemins et les places et à leurs abords ; sur les talus et les bandes de verdure le long des routes, sur les voies ferrées et le long de ces dernières (Loi sur les forêts, art.18, ORRChim, annexe 2.5)

Exiger que le prestataire possède le permis de traiter nécessaire (ORRChim, art. 7)

CONTRÔLE DES NÉOPHYTES

Exiger que le devoir d’autocontrôle et de diligence et l’obligation d’informer soient appliqués pour toutes les espèces exotiques envahissantes (Ordonnance sur la dissémination des organismes dans l’environnement  (ODE))

Exclure l’utilisation des organismes exotiques envahissants interdits (Ordonnance sur la dissémination des organismes dans l’environnement  (ODE), Annexe 2)

Exiger qu’il y ait communication en cas de présence d’ambroisie (Modifications de l’ordonnance sur la protection des végétaux relative à la loi sur l’agriculture entrées en vigueur le 1er juillet 2006)

Pour une vision plus précise et exhaustive du cadre légal, se référer à la législation en vigueur.