Guide des achats professionnels responsables

Matériaux et substances

Matières plastiques

PROBLÉMATIQUE

CONTEXTE

Parmi les 5000 types de plastiques connus, seule une cinquantaine présentent un intérêt économique. Plus de 90% de la production mondiale se compose des cinq familles de plastiques suivantes1:

L’augmentation moyenne de la production et de la consommation mondiales de plastiques est d’environ 9% par an depuis 1950. La production mondiale totale est passée d’environ 1,5 million de tonnes en 1950 à 260 millions de tonnes en 2007. L’Europe représente 25% de la production mondiale, avec environ 65 millions de tonnes par an, l’Allemagne et l’Italie totalisant près de 40% de cette production européenne. En Suisse, la demande de matières plastiques par les plasturgistes est de 900000 tonnes par an (à titre de comparaison, la demande en Allemagne est de 12,2 millions de tonnes par an)2.

Production mondiale de matières plastiques en 2007 (en volume)
(en pourcentage de tonnes produites)

Source: PlasticsEurope Market Research Group (PEMRG)

La consommation de matières plastiques varie d’une région à l’autre. En Europe, elle s’élève à environ 100 kg par habitant et par an; au Japon à 89 kg; en Asie, elle est estimée à 20 kg en moyenne.

Demande des plasturgistes par secteur d’application en Europe, 2007 (en volume)
(en pourcentage de tonnes produites)

Source: PlasticsEurope Market Research Group (PEMRG)

L’emballage est le premier secteur d’application des matières plastiques, suivi par le secteur «bâtiment et travaux publics» (BTP) puis par ceux des transports et de l’«électricité et électronique» (E&E). Les autres applications comprennent notamment la médecine et les loisirs.

Ces pourcentages sont calculés sur la base d’une demande représentant environ 52,5 millions de tonnes de plastiques (2007), constituée principalement des cinq familles de plastiques présentées en introduction (PE, PP, PVC, PS, PET).

PRODUCTION, UTILISATION ET RECYCLAGE
POUR LES CINQ PRINCIPALES FAMILLES DE PLASTIQUES

Le plastique est fabriqué à base de résines, issues principalement de la transformation de pétrole. Les autres composants comprennent notamment des plastifiants et des additifs, choisis en fonction des propriétés recherchées (légèreté, absence d’oxydation, solidité, transparence ou opacité, souplesse ou rigidité, isolation, résistance au chaud ou au froid, etc.)3. Du point de vue chimique, les plastiques sont tous des molécules en chaîne, qu’on obtient par polymérisation (enchaînement) d’une molécule simple (monomère). Le monomère est obtenu soit directement par raffinage du pétrole brut, soit après traitement avec des additifs (exemple: remplacement de certaines parties des molécules issues du raffinage par des atomes de chlore).

Dans les tableaux suivants, les symboles permettant de reconnaître les familles de plastiques ont été indiqués. Ils se retrouvent sur chaque élément fait de matière synthétique pour en faciliter le tri.

Polyéthylène (PE)
Pictogrammes
Production

Le PE possède une excellente résistance aux agents chimiques et aux chocs. On distingue principalement deux types de polyéthylènes:

  • polyéthylènes à «basse densité» (LDPE), appelés également PE «ramifiés». Ils offrent une bonne résistance aux chocs, sont de bons isolants même en milieu humide et peuvent être utilisés dans l’alimentaire.
  • polyéthylènes à «haute densité» ou «linéaires» (HDPE). Ils ont les mêmes propriétés que les LDPE, tout en étant plus rigides, plus résistants (notamment aux températures) et plus transparents4.
Caractéristiques

Le polyéthylène, constitué de chaînes de molécules d’éthylène, un dérivé du pétrole brut, est une des résines thermoplastiques les plus répandues dans le monde. Il représente la majeure partie de la demande des plasturgistes en Europe, soit 29% des 52,5 millions de tonnes de plastiques utilisées en 2007.

Utilisation

Le polyéthylène est utilisé dans les applications suivantes:

  • films et sachets d’emballage, sacs à ordures
  • flacons d’emballage pour produits de nettoyage et cométiques, récipients souples
  • pièces moulées par injection ou par soufflage (bacs, corps creux, etc.)5
  • fils et câbles
  • revêtements
  • tuyaux
  • fibres
  • divers (jouets, gilets pare-balles, etc.)

De manière générale, les produits rigides (flacons de cosmétiques, récipients, etc.) sont en HDPE et les objets plus souples (sacs à ordures, récipients souples, sacs, etc.) en LDPE.

Recyclage

En Suisse, les bouteilles en PE (bouteilles à lait) sont récupérées par les distributeurs alimentaires pour être revalorisées. Le PE recyclé est utilisé pour les produits les plus divers, sauf pour des emballages alimentaires. Les autres emballages en PE provenant des ménages ne sont pas collectés séparément (valorisation thermique).

Polypropylène (PP)
Pictogramme
Production

Le polypropylène (PP) est à peu près similaire au polyéthylène dans sa structure. Il représente 18% de la demande des plasturgistes en Europe. Il est donc le deuxième plastique le plus utilisé sur le continent.

Caractéristiques

Polymère très polyvalent, le PP est utilisé à la fois comme thermoplastique et comme fibres:

  • sous forme de thermoplastique, il permet des applications résistant à des températures élevées, car il ne fond qu’à 160 °C. Il est également rigide et résiste aux chocs.
  • sous forme de fibres, il est utilisé pour fabriquer des revêtements de sol intérieurs et extérieurs, tels ceux
  • que l’on trouve autour des piscines et des golfs miniatures.

Le PP se colore très facilement6.

Utilisation

Le PP est présent sous forme:

  • de fibres dans les tapis et les textiles
  • de film dans les emballages
  • sous forme moulée, dans
    • le secteur automobile (tableaux de bord, pare-chocs, etc.)
    • l’électroménager
    • les ustensiles ménagers (vaisselle pour four à micro-ondes, boîtes pouvant aller dans le lave-vaisselle, etc.)
    • les jouets
    • les bagages
    • le mobilier de jardin, etc.
Recyclage

Le polypropylène est recyclable, mais il n’existe aucune filière de récupération auprès des ménages en Suisse. Le PP utilisé dans les ménages est donc uniquement valorisé énergétiquement par incinération.

Chlorure de polyvinyle (PVC)
Pictogramme
Production

Le chlorure de polyvinyle (PVC) est constitué de 43% d’éthylène et 57% de chlore, issu du sel ou de l’acide chlorhydrique. C’est le troisième plastique le plus utilisé au monde, après le PE et le PP (12% de la demande des plasturgistes en Europe). C’est également la principale application du chlore industriel, en Europe comme ailleurs.

Caractéristiques

Le PVC offre une excellente résistance au vieillissement, aux agressions chimiques, aux rayons ultraviolets, à la corrosion, aux chocs et à l’usure; il est léger et a de bonnes propriétés d’isolation électrique, thermique et phonique. Grâce à cette résistance, 65% des articles fabriqués en PVC ont des durées de vie supérieures à 15 ans, 24% entre 2 et 15 ans, 12% de moins de 2 ans.

Utilisation

La vaste gamme de propriétés du PVC permet de fabriquer les produits les plus divers. Mais en raison de sa résistance aux intempéries, plus de la moitié de la production européenne est destinée au secteur de la construction:

  • châssis de fenêtres
  • canalisations d’eau et autres tuyaux
  • toiles et membranes de revêtement des toits et des sols
  • mobilier urbain, etc.

Autres utilisations:

  • câbles électriques
  • bouteilles (notamment dans le domaine médical et pharmaceutique)
  • enduits
  • chaussures, etc.
Recyclage

Le PVC est recyclable, mais il n’existe pas de système de récupération auprès des ménages en Suisse, et aucune des rares tentatives de valorisation énergétique en cimenterie ne s’est avérée viable à la fois sur le plan écologique et économique. Il est donc incinéré avec les autres déchets ménagers.

L’incinération du PVC dégage du chlore qui se lie aux métaux lourds présents dans le reste des déchets pour former des sels chlorurés. Le chlore engendre également la formation de dioxines et de furanes. Toutefois, selon l’OFEV, une usine d’incinération des ordures ménagères moderne, en Suisse, respecte normalement les valeurs limites d’émission fixées par l’Ordonnance sur la protection de l’air (OPair).

Polystyrène (PS)
Pictogramme
Production

Le polystyrène (PS) est relativement proche du polyéthylène dans sa structure. Il représente 8% de la demande des plasturgistes en Europe.

Caractéristiques

Selon les différents modes de polymérisation et les adjuvants utilisés, on trouve du PS sous de multiples formes, avec des propriétés qui varient.

  • Le produit de base («PS cristal») est très cassant, n’offre pas une bonne résistance sur le plan chimique et se fissure facilement. On le reconnaît à son bruit métallique lorsqu’il tombe sur une surface dure.
  • Le «PS choc» est plus résistant aux chocs grâce à un additif.
  • Le PS expansé (EPS) est un matériau-mousse utilisé dans les emballages pour protéger des chocs ou pour isoler des bâtiments (appelé communément Sagex ou Styropor, à l’origine deux marques déposées).
Utilisation

Les utilisations principales sont les suivantes:

  • boîtiers de CD («PS cristal» – transparent, cassant)
  • vaisselle en plastique (couverts en «PS choc», gobelets, flûtes transparentes et verres à pied pour cocktails en «PS cristal»)
  • articles de décoration ou de bureau (règles, rapporteurs, etc.)
  • emballages alimentaires (gobelets de yoghourts en «PS choc»)
  • matériel de calage pour objets fragiles (électronique) à l’intérieur des boîtes en carton, isolants pour glacières, flotteurs, caisses à poissons, etc., en EPS
  • barquettes alimentaires en EPS
  • isolation thermique des bâtiments (EPS)
Recyclage

Le recyclage du PS est facile du point de vue industriel, mais comme cette matière n’est pas séparée des autres plastiques en Suisse par les ménages, elle n’est valorisée que sur le plan énergétique par incinération. Les entreprises peuvent par contre organiser facilement des collectes de polystyrène expansé (EPS) et remettre ce matériau à des filières courantes de recyclage.

Polyéthylène téréphtalate (PET)
Pictogramme
Production

Le polyéthylène téréphtalate (PET) est fabriqué à base d’éthylène glycol (un alcool dérivé de l’éthylène) et d’acide téréphtalique. Il représente 7% de la demande des plasturgistes en Europe (base = 52,5 millions de tonnes de plastiques utilisées en 2007). Au niveau mondial, la demande ne cesse d’augmenter depuis 1993, et la production a doublé depuis cette date7.

Caractéristiques

Le PET se distingue par les propriétés suivantes: transparence, brillance, bonne résistance aux chocs, à la pression et aux produits chimiques, étanchéité aux gaz8. Il a également l’avantage d’être recyclable à 100% sans perdre ses propriétés et entre ainsi dans la composition de divers produits, notamment les emballages pour boissons (1,3 milliard de bouteilles en PET consommées par année en Suisse). (Voir aussi encadré p. 8)

Utilisation

Les deux principales sources de consommation du PET sont les emballages ainsi que les fibres non tissées fabriquées à partir du recyclage du PET, également appelées polyester pour les vêtements. Les applications du PET sont nombreuses9:

  • bouteilles, flacons
  • toiles (tentes, parapentes, canapés)
  • textiles (polyester, vestes polaires)
  • électronique (écrans)
  • cartes de crédit
  • pièces pour véhicules
  • chaussures
Recyclage

Le PET est recyclable et il existe une filière de récupération des bouteilles pour boissons en PET pour les ménages (taux de recyclage de 75% pour l’ensemble de la Suisse, soit tout juste le minimum fixé par la loi)10. Hormis certaines filières industrielles, seul le PET des bouteilles pour boissons est recyclé. D’autres emballages en PET sont donc encore systématiquement ôtés des chaînes de tri, en raison du manque d’homogénéité des emballages alimentaires notamment.

PRODUCTION, UTILISATION ET RECYCLAGE POUR LES BIOPLASTIQUES

Les biopolymères (ou «bioplastiques») sont produits à base de ressources végétales au lieu de pétrole: cellulose de plantes, protéines, lignine ou amidon. Ils ne sont pas encore d’un usage très fréquent. On s’en sert avant tout pour les emballages et matériaux de calage, mais leurs possibilités d’applications sont bien plus vastes. Les plastiques d’origine végétale nécessitent moins d’énergie fossile pour la fabrication; ils utilisent généralement moins d’ingrédients toxiques et ne relâchent pas de gaz ou d’autres substances toxiques dans l’environnement pendant la phase d’utilisation. Certains biopolymères sont d’ailleurs compostables.

On peut observer, en revanche, d’autres impacts durant la phase de production, notamment ceux liés à la culture des matières premières, avec des problèmes très similaires à ceux des biocarburants: pollution des eaux et des sols par les pesticides et engrais, concurrence avec les besoins agricoles destinés à l’alimentation, consommation d’énergie liée aux machines et au transport sur de longues distances, utilisation d’organismes génétiquement modifiés (OGM).

Les impacts dépendent donc fortement des pratiques agricoles du lieu de production. De plus, le fait que ces matériaux soient décrits comme biodégradables ne signifie pas forcément qu’ils seront «biodégradés». Il faudrait s’assurer que les utilisateurs les collectent effectivement de manière séparée et que les filières de compostage non seulement existent, mais en plus acceptent de traiter ces matières, ce qui n’est de loin pas encore la règle.

Ces contradictions montrent que l’utilisation de biopolymères s’avère ambiguë sur le plan écologique.

RECYCLAGE ET ÉLIMINATION

Une étude menée par un cabinet privé le démontre11: si tous les déchets plastiques actuellement mis en décharge en Europe étaient recyclés ou valorisés énergétiquement, on pourrait atteindre jusqu’à 27% des objectifs de réductions des gaz à effet de serre pour lesquels l’Union Européenne s’est engagée dans le cadre du protocole de Kyoto. Le traitement des déchets plastiques présente encore un très grand potentiel d’amélioration. Le remplacement de la mise en décharge par le recyclage et l’incinération avec revalorisation énergétique s’impose lentement au niveau européen. Sur l’ensemble des matières plastiques utilisées par les consommateurs en Europe en 2007, 24,6 millions de tonnes ont fini en déchets de post-consommation et seuls 51% des plastiques ont été valorisés, le reste ayant été mis en décharge.

Traitement des déchets plastiques de post-consommation en Europe en 2007

(en pourcentage des déchets de post-consommation)

Source: Plastics Europe market Research Group (PEMRG)

La Suisse est le seul pays européen où les plastiques ne sont pratiquement pas mis en décharge. En 2007, le taux de valorisation énergétique des plastiques en Suisse était de 77% (moyenne européenne de 29,2%) et celui du recyclage de 22% (moyenne européenne de 20,4%)12.

Le plastique stocké en Suisse dans les objets, isolants et autres utilisations équivaut à 15 ans de consommation. Suite à une étude menée en 2001, l’OFEV a jugé qu’une collecte sélective des déchets ménagers de plastiques autres que le PET ne valait pas la peine, ni sur le plan écologique, ni sur le plan économique. En revanche, «contrairement à la situation qui prévaut dans le domaine ménager, le recyclage des déchets de plastiques issus de l’industrie et l’artisanat est pertinent, car il concerne généralement des quantités importantes de plastiques possédant la pureté voulue. Comme ces déchets sont souvent éliminés dans des usines d’incinération des ordures ménagères, le recyclage peut encore progresser dans ce secteur.»13

Principaux déchets de plastiques recyclés en Suisse

Les matériaux recyclés servent essentiellement à fabriquer des sacs à ordures, des feuilles pour l’agriculture et la construction, des fibres textiles, des conteneurs, des revêtements de sols et des tuyaux. Depuis la modification de l’Ordonnance sur les emballages pour boissons (OEB), les bouteilles en PET sont également fabriquées en partie à base de matériau recyclé.